Au vu des derniers accords entre la NBA et le syndicat des joueurs, la ligue va autoriser les joueurs à modifier le nom de famille dans le dos de leur maillot. La raison est toute simple : permettre aux joueurs de passer leurs messages pour dénoncer l’injustice sociale suite à la mort de George Floyd.

Family
Source image / Forbes

Les joueurs NBA vont pouvoir avoir la possibilité de modifier le nom de famille au dos de leurs maillots afin d’apporter leurs soutiens au mouvement de protestation, suite au décès de George Floyd. Ils pourront arpenter ses changements lors de la reprise à Orlando, en Floride, fin juillet, selon Shams Charania de The Athletic and Stadium.

Cette décision est commune avec celle des joueuse WNBA, qui ont réalisé une pétition pour appuyer leur demande auprès des instances de la ligue, notamment menée par la star de Las Vegas Aces, Angel McCoughtry, qui souhaitait afficher le nom des victimes de la brutalité policière.

Selon Charania, la NBPA s’est rapproché de Nike, l’équipementier pour les maillots, pour donner les détails du plan.

La ligue favorable pour que les joueurs puissent passer leurs messages

La NBA se veut être un moteur pour favoriser le connexion entre les différentes communautés que composent les Etats-Unis et créer une fondation pour favoriser l’intégration de la communauté afro-américaine dans le pays de l’Oncle Sam

De nombreux joueurs sont allés manifester dans le cadre des manifestations pour le Black Lives Matter comme Giannis Antetokounmpo, Russell Westbrook, DeMar DeRozan, Tobias Harris et Stephen Curry.

Lors des échanges entre la ligue et la National Basketball Players Association, le joueurs des Clippers de Los Angeles, Lou Williams a suggéré que les joueurs portent des badges cousus sur les maillots avec l’inscription « Black Lives Matter ».

Ce n’est pas la première initiative des joueurs pour dénoncer les brutalités policières ou le racisme. Après la mort d’Eric Garner, en 2014, certains joueurs, dont Lebron James, portaient des tee-shirts avec écrit dessus « I Can’t Breathe » – la dernière parole de Garner.

Toujours en 2014, les Clippers avaient protesté sur les commentaires racistes de leur propriétaire, à l’époque, Donald Sterling, où les joueurs ont retiré leurs maillots d’échauffement en plein milieu du terrain et les laissant.

La NBA a toujours été favorable à ce que ses joueurs s’expriment pour des causes sociales.