Cette sensation de voler pendant des heures alors que l’instant dure quelques secondes. Certains joueurs de la NBA peuvent se vanter d’être des Boeing pour planter des gros hammers. La team #LTBB honore les meilleurs dunkers qui ont foulé les parquets NBA. Les arceaux commencent déjà à trembler 🔥

Le duel Michael Jordan / Dominique Wilkins au concours de dunks ...
Source image / Hip Hop Corner

Les tirs à trois points, c’est mignon, c’est sympatoch’ mais à un moment donné, qu’est-ce qui nous fait kiffer la NBA ? Les dunks !

Oublions le temps d’un article, la révolution qui est en train de changer la face de notre jeu avec les trois points ou encore les jeux en poste-bas ou même une isolation.

Le dunk reste le roi en NBA

Le dunk est l’expression de la partie athlétique de ce sport, défiant quelques fois les lois de la physique. On se retrouve devant nos écrans à assister à de l’art, en action. Une combinaison d’acrobaties aériennes et l’élégance d’un geste, nous redevenons des enfants, une fois que le pétard pénètre le cercle.

Ces personnes capables de réaliser ces prouesses, époustouflent les foules, provoquent le buzz sur les réseaux sociaux et nous font parler pendant des jours voire des années pour les meilleurs.

On ne peut pas les oublier 📼

C’est difficile de lister un top dix des meilleurs dunkers de l’histoire car tout simplement, il y en a tellement eu !

Par contre, impossible de ne pas mentionner les dunkers qui ont fait agiter les foules dans le monde entier. Avec subjectivité, on pense aux noms suivants :

Wilt Chamberlain était une force surnaturelle, tellement que le jeu a du modifier les règles pour limiter sa domination. David Thompson a souvent été dans les airs, ainsi on l’a rebaptisé Skywalker. Le monstre physique David Robinson a déménagé des raquettes à lui tout seul. Kevin Garnett dans un calibre d’un arrière a fait trembler les cercles régulièrement et de façon spectaculaire. Larry Nance Sr. avait des actions chez dunkimmo.com

Kobe Bryant était ce qu’il se rapprochait le plus des dunks iconiques de Michael Jordan. Tracy McGrady avait son style lisse mais sauvage parfois. Jason Richardson a su aller sur la Lune à quelques reprises. Le petit lutin Baron Davis a salué comme il faut le pistolet à eau-47 d’Andrei Kirilenko. Gerald Green nous a laissé sa carte de visite après chaque passage dans les arènes NBA.

Aujourd’hui, la liste d’humains volants identifiés continue de grandir alors qu’on essaye toujours de comprendre comment leurs corps sont constitués. Peut-être dans quelques années, ils remplaceront ceux que nous considérons comme les meilleurs : les Anthony Davis, Giannis Antetokounmpo, Zach LaVine et Aaron Gordon.

Pour l’instant, ce sont nos 10 dunkeurs les plus mémorables dans ce jeu

Vince Carter

Pour toutes les générations récentes, Vinsanity a ébloui leurs yeux. Celui qui a malheureusement rendu familier le nom de Fred Weis en volant au dessus de ses 2m18 lors des Jeux Olympiques de 2000.

« [Carter] mérite de marquer l’histoire », a déclaré Weis à Michael Wallace et Rob Peterson d’ ESPN en 2015. « Malheureusement pour moi, j’étais sur la vidéo aussi. J’ai appris que les gens peuvent voler. »

Même si vous retirez le dunk sur la tête de Weis, Carter est la parfaite combinaison entre la dynamite, la créativité, l’intrépidité, la grâce sur chaque dunk qu’il a pu planter. L’animal n’avait aucune crainte quitte à se faire contrer, il allait au mastic.

Darryl Dawkins

Le grand Darryl Dawkins, décédé en 2015, a fait souffrir les cercles de la NBA. Il a même détruit des anneaux.

Il a été l’un des 1er à faire le saut entre le lycée et la grande ligue, sans passer par la case université. Il détient bon nombre de surnoms : Chocolate Thunder, Double D, Dawk, Dr.Dunk, Sir Slam, Zandokan the Mad Dunker.

C’est en partie grâce à lui que la NBA a installé des anneaux inclinables pour éviter d’éclater les cercles sur chaque patate qu’il mettait. Elle n’est pas la seule évolution puisque la règle Dawkins a été introduite pour éviter que les joueurs s’accrochent aux cercles.

Entre sa taille et sa force , c’était un spectacle de le voir à chaque fois qu’il martyrisait un brave défenseur rodant près du panier.

Clyde Drexler

Il y a des sportifs dont le surnom revient instinctivement et « Clyde The Glide » fait parti de ces athlètes.

Son temps de suspension pouvait être comptabilisé à la descente des grains d’un sablier. Une fois qu’il était en l’air, Clyde planait pendant des heures, alors que son défenseur avait eu le temps d’aller chercher le Kodak pour le prendre en photo.

Il est facile d’associer Drexler à l’art du dunk puis qu’il la rendu si simple et tellement aérien. Mais il faut se rappeler qu’il a joué à une époque où la taille, la force et le physique étaient les prédispositions pour survivre en NBA. Il a dunké sur de nombreux joueurs beaucoup plus grands, plus forts et plus physiques que lui.

Julius Erving

A tout jamais le Dr J, Julius Erving a aidé à faire décoller l’ABA pour la faire atterrir vers la NBA.

« Le Docteur non seulement saute et reste en l’air plus longtemps que la plupart des joueurs ne le rêvent »

Pete Axthelm pour Newsweek via ESPN.com.

A l’instar de Kawhi Leonard, le ballon dans les mitaines de Dr J donnait l’impression que c’était un ballon en mousse, ce qui lui permettait de le manipuler comme si il tenait un pinceau sur une toile d’art. Il maintenait avec une telle facilité le ballon, qu’il l’a un peu trop bercé lorsque Michael Cooper est passé sur sa trajectoire. L’une de ses plus belles réalisations.

Les journalistes de l’époque se demandaient si les chaussures de Erving n’étaient pas équipées de turboréacteur car il pouvait dunker depuis la ligne de lancer-franc. Il était soyeux lorsqu’il se présentait seule face au cercle mais si un défenseur était sur son chemin, le mode féroce était déployé. Souvent imité, mais peu égalé le Docteur J.

Blake Griffin

Griffin a fait une entrée fracassante en NBA. Alors que son démarrage dans la ligue a été retardé par des genoux douloureux lors de la saison 2009-2010, les fans des Clippers ont bien fait d’attendre le phénomène puisqu’il les a récompensé comme il faut par la suite.

Hollywood a tremblé pendant la période de Lob City avec la bande de Griffin, alimentée par le distributeur CP3. Il a quand même disséqué les corps Timofey Mozgov et Kendrick Perkins sur des dunks inqualifiables.

« Il est certainement parmi les meilleurs dunkers de tous les temps »,

John Starks en 2011, à Bill Haisten du Tulsa World 

Ses principaux faits saillants concernent l’athlétisme injuste pour un joueur de sa taille et ses démonstrations impitoyables de force brute qu’il déploie lorsque son champs de tir détecte un ennemi.

Lebron James

Le King James est injuste.

Les joueurs ne sont pas censés être aussi grands, aussi forts et propulsés par un jet pack. Et quand il est en colère, c’est un camion de XPO qui est lancé sur l’autoroute. Quiconque se trouve sur son chemin se fait raser au bulldozer James.

« Il sera probablement le meilleur athlète de tous les temps »

JR Smith en 2016, à Dave McMenamin d’ ESPN

La puissance et la ténacité définissent le mieux le travail accompli par James. Ses marteaux à une main sont, dans la vraie vie, des équivalents à des codes de triche sur des jeux vidéo.

Michael Jordan

Quand votre surnom est Air Jordan, il n’y a pas grand chose à rajouter. Vous le voyez ce logo iconique de MJ qui plane majestueusement vers le panier ?

Le temps s’est arrêté lorsque Jordan a pris son envol pour planter ce dunk depuis la ligne des lancer franc. Les fans ont eu le souffle coupé. Les appareils photos (enfin les photomatons portables) sont sortis pour prendre autant de photos possibles durant l’envol. Une célèbre langue sortie qui incarnera le calme avant la tempête.

« Je pense que je suis tombé amoureux du jeu à cause de Mike »

Lebron Jmaes à The Undefeated, en 2017

Jordan avait comme inspiration le Docteur J, il avait cette aisance à manier la balle une fois en l’air qu’on pouvait se poser la question : mais quel genre de dunk va t-il nous marteler dans le cercle. Mike a clairement mis un visage sur le passeport de la NBA.

Shawn Kemp

Ne cherchez plus, citez-nous un autre nom qui a motivé les journalistes et autres productions médiatiques à créer des highlights ou top 50 sur les exploits qu’il y a dans le trafic aérien de la NBA ? Kemp est un top 50 rien qu’à lui tellement il y en a eu. Des slams spectaculaires à la pelle.

Un peu comme Vince Carter sur Fred Weis (On t’aime Fred!), il a clairement crucifié ce pauvre Alton Alister, lui faisant passer un message devenu un emblème du trash talk.

Kemp avait les qualités requises d’un dunker pour éblouir les foules avec la force, l’agilité et l’audace. Certains dunks font l’étalage de la beauté d’un geste. Il a fait tout ce qui précède.

Shaquille O’Neal

Tapez « top 10 en carrière Shaquille O’Neal » sur YouTube et vous ne serez pas déçu. Sur cette compil’, on peut voir :

  • Un face sur Dikemebe Mutumbo
  • Un poster sur Hakeem The Dream.
  • Un cercle plié
  • Et on vous laisse découvrir le reste 😉

« Shaq était un phénomène »

 Ernie Johnson de TNT à Jeff Zillgitt d’USA Today

Shaq était accablant de force et de domination dès le début de sa carrière NBA. Un joueur d’une telle taille était assez rare, alors rajoutez lui sa mobilité et son athlétisme qu’il devenait tout simplement injouable.

Avec un physique devenant plus sensible au fur des années, les envolées aériens se faisaient plus rares, avec un jeu plus au sol mais la combinaison taille-poids le rendait toujours inarrêtable. Fabricio Oberto aime ça. Mais dans ses jeunes années, à Orlondo, les frappes dans le cercle étaient une journée normale au bureau pour Diesel.

Dominique Wilkins

Dominique était une machine. Il était « The Human Highlight Film« , autrement dit Un Homme à top 10. Un surnom qui représente tellement sa carrière en NBA tellement que le compteur en l’air a dépassé les 999 999 kilomètres. Il a été l’un des premiers projecteurs pour la NBA de cette partie « athlétique » que les fans attendaient.

Idem que pour Mike, Do avait le package total pour faire rêver les foules.

« C’était un dunker fascinant, un dunker phénoménal »

Kevin Willis, l’ancien coéquipier de Wilkins, à Micah Hart de Hawks.com

Wilkins, couronné à deux reprises au NBA Slam Dunk Contest en 1985-86, était presque imparable en allant au cercle, et il le savait. Cette connaissance l’a incité à tester sa créativité dans le jeu, et les résultats ont été parmi des faits spectaculaires les plus incroyables que cette ligue ait jamais vue.