Après un début de carrière sensationnelle en NBA ou avec son équipe national de Russie, puis un divorce presque consommé avec la grande ligue. AK47 restera une îcone du basket Européen, Russe et sous-coté de l’autre coté de l’Atlantique. On vous raconte ce qu’il est devenu.

Andreï Kirilenko, né en Russie en 1981, débute son histoire avec la NBA, par la Draft 99′ en étant sélectionné à la 24ème place par le Jazz de Utah, pour lesquels il va jouer 10 saisons consécutives. On a tous en souvenir quelques actions du russe sous les couleurs du Jazz à l’époque, sûrement un ou deux contres.

Mais sa première histoire, plus ou moins indirecte avec la NBA a démarré en mai 1997, lorsque Andreï Kirilenko, fut nommé meilleur joueur de l’Adidas ABC All Star Camp de Moscou. Ajouté à cela, il remporta également le concours de dunk du camp cette année-là. Mais le rapport avec la NBA ? C’est qu’à l’époque la NBA envoyait en « mission » de représentation des superstars afin de se rapprocher des fans internationaux mais aussi de repérer les futures pépites du basket mondial, européen et russe pour le coup.

Et la personne de Kareem Abdul Jabbar, l’un des plus grands marqueurs de l’histoire de la NBA était présent lors de ce camps, et à même participer au jury du concours de dunk, qui a vu sacré AK47. Pas mal l’anecdote du Russe à 16 ans.. Rien que ça ! C’est à la suite de ce camp, qu’il sera approché par le grand club russe du CSKA Moscou. À l’époque, Andreï souhaite confirmer son statut grandissant encore un an dans un club moins huppée.

C’est en 1999, qu’il jouera pour sa première saison avec le CSKA, obtiendra sa première sélection au All Star Game Russe et tout ça à l’âge de 18 ans et 10 mois. Précoce le Tsar. Il enchaîne les titres nationaux, et est élu MVP du championnat en 2000 à 19 ans. AK s’inscrit une dernière année dans le projet CSKA pour tenter de remporter le titre d’Euroleague (Suproleague à l’époque). Le CSKA atteint le Final Four sans faire mieux que la 4 ème place.
A noter cette année, sa meilleure stat au rebond, Kirilenko l’a faite face à…. l’ASVEL avec 17 prises !

Le début de sa carrière NBA

Laissé au chaud pendant 2 ans par le Jazz d’Utah, il arrive en 2001 à Salt Lake City. Départ assez remarqué pour le Russe avec son faux-air d’Ivan Drago dans Rocky IV mais aussi avec le choix de son numéro : le 47. Dans un seul but, se faire surnommer « A-K 47″…Malin l’ami. À l’époque, il était le plus jeune joueur européen « drafté » en NBA.

Dès sa première saison, Andreï Kirilenko arrive à tirer son épingle du jeu, en mettant en avant ses qualités défensives invraisemblables. Il est bien évidemment récompensé de sa bonne saison avec une sélection dans le match qui oppose les Rookies aux Sophomores, lors du All Star Game 2002.

C’est avec le départ de Karl Malone et de John Stockton que Kirilenko devient un joueur majeur du Jazz de l’Utah, sans parvenir à les qualifier pour les playoffs avant 2007. Avec un temps de jeu important et un énorme impact défensif, le Jazz atteint la finale de Conférence, battu par les Spurs de Duncan, Parker, Ginobili et compères. Sur cette année 2007, il fera briller la Russie lors du championnat d’Europe, qu’ils remporteront face à l’Espagne : Kirilenko est élu #MVP du tournoi.

Le 1er retour aux sources

Mais arrive le Lock-Out de 2011. De nombreux joueurs s’exilent vers le continent américain pour intégrer des franchises européennes afin garder de le rythme de la compétition. Naturellement, Andrei rejoindra le CSKA, et prendra part à la totalité de la saison, malgré les différentes sollicitations des Nets du New Jersey. Pour cette saison de transition, le russe obtient le titre de meilleur défenseur de l’Euroleague mais aussi le titre de MVP du championnat Russe. Avec en prime, une photo de présentation pour la saison avec le CSKA, qui le présente aux supporters… avec une AK47 ! A vous d’en juger.

Come back in USA

Lors du mois de juillet 2012, Kirilenko signe un contrat avec les Timberwolves de Minnesota. il s’exilera ensuite chez les Nets de Brooklyn, certainement attiré par le président russe de l’époque Mikhail Prokhorov qui facilitera son arrivée.

En 2015, il signera aux 76ers de Philadelphie, sans y jouer une seule minute. AK47 décide de retourner au CSKA, il les aidera cette année-là, à atteindre une nouvelle fois le dernier carré : Le Final Four. Il annoncera par la suite sa retraite sportive à la fin de la saison 2015, deux ans après l’avoir fait avec la sélection russe.

La suite AK 47 avait déjà tout prévu

Jeune retraité, depuis mai 2015, Andreï Kirilenko s’est bien évidemment penché rapidement sur sa deuxième vie après celle de sportif professionnel. Il compte rester autour du basket mais en ayant beaucoup plus de responsabilités auprès du basket russe, en aidant à son développement.

« Le basket russe est dans une situation difficile. Le conflit entre les clubs et la fédération a mis fin à beaucoup de projets prometteurs. (…) La scission dans la communauté a conduit à voir notre sport uniquement associé au scandale. Les sponsors ont tourné le dos à la fédération et cette situation doit changer. Je pense avoir suffisamment d’expérience, engrangée en Russie et aux États-Unis, pour corriger la situation« 

Andreï Kirilenko

Évidemment le Tsar s’est projeté le plus possible dans le projet. Il a bien bossé en amont et avait également préparer à l’époque tout un programme qu’il a souhaité mettre en avant, en s’intéressant à la base :

« C’est nécessaire de commencer avec les infrastructures : construire des terrains et des stades confortables. Ensuite, plus d’enfants seront à même de commencer à jouer au basket et plus de spectateurs viendront voir des matches professionnels. C’est un long processus et nous ne devrions pas voir les résultats dans l’immédiat, mais je suis convaincu que nous avons le potentiel de revendiquer notre position de leader dans le domaine des stades dans le monde.« 

Andreï Kirilenko
Kirilenko élu président de la Fédération Russe de Basket

Résultat des courses, le Tsar est devenu président de la Fédération Russe de BasketBall, et tout ça, à l’unanimité. Il fait aujourd’hui le bonheur de sa Fédération en dehors des terrains. Surtout quand il s’agit de défendre les intérêts du basket Russe. Kirilenko président, s’est immiscé au sein du conflit entre la FIBA et l’Euroleague en 2018, en faisant pression sur le CSKA et le Khimkhi Moscou pour qu’ils laissent leurs joueurs rejoindre la sélection pour les éliminatoires de l’Euro.

Place à une carrière encore dans la lumière mais du côté institutionnel. Au regard de sa trajectoire, Andreï Kirilenko a toujours été attaché à son pays d’origine, sans dénigrer son passage en NBA, pour lequel, il y voit une expérience incroyable qui l’aide actuellement dans son quotidien. Bonne chance à lui !

On vous laisse avec le match incroyable du Russe, lorsqu’il a tout simpliment refuse l’acces au cercle avec 10 contres en un match. On vous avait dit que c’était un blockeur exceptionnel. JAZZ x KINGS – 05/06′