Ce n’est pas encore des robots (peut-être qu’on y arrivera un jour) ou encore de l’intelligence artificiel qui arbitrent les rencontres de basket, mais bien des hommes et des femmes qui sont sur les parquets chaque nuit à juger les situations de flopping de Patrick Baverley ou encore les demandes de fautes pour le King Lebron James. Comme une citation le dit si bien “l’erreur est humaine”, mais que dans le monde de OUI-OUI ! Pas dans celle de la grande ligue.  

Dans l’histoire récente de la NBA, la ligue a eu à faire à des cas de triches avérées de la part de ses officiels, qui aller jusqu’à parier les rencontres qui arbitrent afin de faire grimper le salaire à la fin du mois. Il y a plus de 10 ans, l’arbitre Tim Donaghy avait pratique cet acte totalement illégal et avait été traduit en justice. Depuis, la NBA a entamé un projet pour rendre les décisions les plus transparentes possibles en rendant les données accessibles pour tous.  

“C’est pourquoi ces rapports des deux dernières minutes sont importants, un mauvais appel peut provoquer un effet papillon qui change le cours de l’histoire de la NBA.” 

En chiffres depuis 2015, NBA Official a passé du temps à examiner les fameuses deux dernières minutes :  

26,822 actions |1476 matchs | 4 297 minutes d’action | 2197 mauvaises décisions, ce qui équivaut à 8,2% des décisions prises sont incorrect soit 1,49 mauvaises décisions ont manqué ou mal appelé 2197 pièces, soit environ 8,2% de tous les appels examinés. Cela équivaut à 1,49 mauvaises décisions dans les dernières minutes de chaque match serré. Ces chiffres démontrent l’importance pour l’ensemble des acteurs et spectateurs, que cette partie du jeu est analysée au quotidien pour donner de la clarté à ce sport. Le site The Pudding s’est d’ailleurs amusé à analyser les décisions, et vous allez découvrir que le King, et bien, il n’a pas le traitement qu’il peut espère, digne de sa couronne.  

Ne soyez pas surpris si vous voyez Ed Malloy en tête du classement pour ne pas avoir siffler en fin de rencontre. A vrai, c’est 2,5 sont jugements qui ont été erronée par l’arbitre. Ou encore Jocyn Goble, dont 60% décisions prises … n’ont pas été juste. 

Maintenant, la question se pose ? Quand aurait-il de certaine fins de matchs ? Est-ce que des équipes ont été pénalisé ? Une faute oubliée ou mal jugée, une sortie ratée. Un exemple.

(Via Christian Baker / Youtube)

Saison 2001-2002, l’histoire de la NBA change à jamais. Dans le duel opposant les LA Lakers a leur rival de l’époque les Sacramento Kings, d’une formidable équipe emmène par Mike Bibby, qui n’a malheureusement jamais été couronné. En fin de match, Les Kings scorent rapidement. Ils reviennent à 102 à 103. Mike Bibby marque étroitement la légende Kobe Bryant. Celui-ci sort son coude, direction le visage à Bibby qui l’envoie au sol et peut se démarquer et se saisir de la balle. Derrière KB24 va sur la ligne, marque ses deux lancers. Les Kings perdront 102 à 106. Imaginez-vous si les arbitres avaient sifflé la faute ?  

Le Last Two Minute Report aurait (très certainement) mentionné la faute de Kobe sans difficulté et reconnu l’erreur des officiels.  

La NBA progresse et s’est dans ce sens que le jeu progresse en donnant des situations aux officiels pour parfaire leur technique et des outils pour corriger les erreurs du jeu. Au quotidien, vous pouvez retrouver l’ensemble des rapports édités par les officiels de la NBA pour déterminer. Nous n’oublions pas que ce sont des humains qui arbitre, et que malheureusement, nous pouvons tous faire des erreurs.  

Et vous, quelles situations vous aurez rédigé dans un de ces rapports ? Bon courage !